Soirées 5-5

Dialogue islamo-chrétien – Groupes Soirées « 5-5 »

Buts de ces groupes :           

  • intensifier la communion entre croyants de religions différentes
  • Se former à l’interreligieux et à la connaissance de l’autre religion
  • Tisser des liens d’amitié, nécessaire aux deux points précédents, et pour le bonheur
  • Invoquer Dieu, prier, adorer

Spécificité des soirées :

  • partager sur nos croyances et notre vécu spirituel, à partir d’un bref échange théologique
  • faire cela à domicile, avec des amis, des proches ou des voisins
  • Nombre conseillé : entre 8 &15

Pour qui ?

Des croyants pratiquants, ou au moins habités d’une foi vivante. Des personnes agnostiques se sentiraient extérieurs aux échanges, et du coup un peu spectateurs.

Comment se déroulent les soirées ?

  • 19h30 : accueil
  • 19h55 : mot d’introduction – rappelle de l’esprit et des « règles »
  • 20h00 : exposés selon les deux traditions
  • 20h20 : partage – questions
  • 20h40 : tour de table : comment le vit-on personnellement ?
  • 21h05 : Temps de méditation / invocations – silence – prière commune
  • 21h20 : Collation fraternelle sur le mode « Auberge espagnole
  • 22h00 : fin

Quand?

Les rencontres ont lieu mensuellement: une fois le lundi, la fois suivante un mardi, la fois suivante un mercredi,… Il n’y a pas de rencontres durant les mois de juillet et aoüt.

Selon quel esprit et quelles « règles » ?

  1. On vient en croyant pratiquant
  2. On vient pour préparer un avenir fait d’esprit et de paix pour nos enfants
  3. On vient pour se découvrir et s’interroger, avec délicatesse, à travers un partage spirituel plus qu’intellectuel.
  4. On s’engage à favoriser un climat d’amitié pour permettre la confiance et donc un dialogue en quête de vérité, sachant que nul ne la possède.
  5. Ce Dialogue interreligieux échappe à tout relativisme car il présuppose une identité religieuse clair de chacun, condition indispensable pour que les échanges soient enrichissants.
  6. On ne vient ni pour convertir l’autre, ni pour débattre, ni pour critiquer négativement, même notre propre religion, et a fortiori celle de l’autre. Si on a des difficultés personnelles avec notre propre foi, on les réserve pour un autre cadre. Car nous ne sommes pas théologiens et ce n’est pas le but de ces soirées. Le but spécifique de celles-ci exige d’être résolument constructif. Il faut, en outre, éviter de se disperser.
  7. On oubli momentanément le passé et le contexte politique.
  8. On évite de comparer explicitement nos deux religions. On en reste, après les exposés respectifs, à des questions d’éclaircissement; les comparaisons risquent soit d’atténuer artificiellement les différences qui sont là ou de les exacerber au final.

Envie de participer? Contactez-nous!