https://elkalima.be:443/blog/journee-ciri-11-mars-2017-ignace-berten-quand-on-enseigne-le-mepris-de-lautre-un-point-de-vue-chretien/

Journée CIRI 11 mars 2017 – Ignace Berten – "Quand on enseigne le mépris de l'autre. Un point de vue chrétien."

Quand on enseigne le mépris de l’autre

Un point de vue chrétien

 

Ignace Berten, CIRI

UCL-Woluwé, 11.03.17

 
Dans le contexte de la violence mise en œuvre par l’islamisme radical de type djihadiste, nous nous interrogeons sur les effets violents possibles du discours de mépris ou des représentations méprisantes de l’autre. Nous sommes persuadés que le salafisme wahhabite n’est pas innocent de ce point de vue, comme terreau d’un radicalisme possible, tout en reconnaissant que le salafisme n’est pas de lui-même violent. Il peut aussi, et plus généralement d’ailleurs, ouvrir à un quiétisme pieux, rigoriste dans l’observance, en décalage par rapport à la société et à la culture là où les musulmans vivent dans une société non musulmane.
Mais qu’en est-il du christianisme dans son histoire et dans son présent ?
Il est trop facile de ne lire la tradition et l’histoire chrétiennes que par la lunette focalisée sur ce qu’à bon droit nous considérons aujourd’hui comme des dérives : croisades, Inquisition, conquête des Amériques, idéologies de colonisation… Ces lunettes que chaussent parfois bien facilement certains idéologues prétendant parler au nom du principe de laïcité.
Je cite simplement deux extraits parlants de la revue Espace de libertés, l’organe officiel du CAL.
Le premier date de juin 2013 et il est de la plume de Pierre Galand qui, à l’époque, était le président du CAL :
« Et qu’on ne vienne plus nous parler des “racines chrétiennes de l’Europe”, qui nous ramènent au temps des croisades, du Saint-Empire romain germanique et de l’Inquisition. Parions plutôt sur les racines puisant dans la démocratie et la philosophie grecque, civilisation où l’on avait bien compris que les dieux n’étaient que des symboles destinés à explique